Royaume d'Allemagne -Kingdom of Germany

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre
Carte du Royaume des Germains ( regnum Teutonicorum ) au sein du Saint Empire romain germanique, vers 1000

Le royaume d'Allemagne ou royaume allemand ( latin : regnum Teutonicorum "royaume des Allemands", regnum Teutonicum "royaume allemand", regnum Alamanie "royaume d'Allemagne") était le royaume franc oriental majoritairement germanique, qui a été formé par le traité de Verdun en 843, surtout après le passage de la royauté des rois francs à la dynastie saxonne des Ottoniens en 919. Le roi était élu, initialement par les dirigeants des duchés souches, qui choisissaient généralement l'un des leurs. Après 962, quand Otto Ifut couronné empereur, la Francie orientale formait l'essentiel du Saint-Empire romain germanique, qui comprenait également le royaume d'Italie et, après 1032, le royaume de Bourgogne .

Comme l'Angleterre médiévale et la France médiévale, l'Allemagne médiévale s'est consolidée à partir d'un conglomérat de petites tribus, nations ou régimes politiques au Haut Moyen Âge . Le terme rex teutonicorum (" roi des Germains ") est entré en usage pour la première fois en Italie vers l'an 1000. Il a été popularisé par la chancellerie du pape Grégoire VII lors de la controverse des investitures (fin du XIe siècle), peut-être comme outil de polémique contre l'empereur Henri IV . Au XIIe siècle, afin de souligner le caractère impérial et transnational de leur fonction, les empereurs ont commencé à employer le titre rex Romanorum ( roi des Romains ) lors de leur élection.

L' archevêque de Mayence était ex officio archichancelier d'Allemagne, comme ses collègues l' archevêque de Cologne et l'archevêque de Trèves étaient, respectivement, archichanceliers d'Italie et de Bourgogne. Ces titres ont continué à être utilisés jusqu'à la fin de l'empire, mais seule la chancellerie allemande existait réellement.

La titulature distincte pour l'Allemagne, l'Italie et la Bourgogne, qui avaient traditionnellement leurs propres tribunaux, lois et chancelleries, a progressivement cessé d'être utilisée à mesure que l'influence du roi / empereur en dehors de l'Allemagne diminuait et que le royaume allemand s'identifiait au Saint Empire romain.

Les règnes étaient soit datés du jour où un souverain était élu roi ( Philippe de Souabe, Rodolphe de Habsbourg ) ou couronné roi ( Othon IV, Henri VII, Louis IV, Charles IV). Le jour de l'élection est devenu la date de départ en permanence avec Sigismond. Tout au long du Moyen Âge, le roi d'Allemagne était connu comme « roi des Romains » depuis son élection comme roi jusqu'à ce que le pape le couronne empereur à Rome .

Arrière plan

Francie orientale carolingienne, 843–911

La division tripartite de l'Empire carolingien opérée par le traité de Verdun fut très tôt remise en cause avec la mort de l' empereur Lothaire Ier en 855. Il avait partagé son royaume de Moyenne Francie entre ses trois fils et immédiatement la plus septentrionale des trois divisions, La Lotharingie, était disputée entre les rois de Francie orientale et occidentale . La guerre de Lotharingie dura jusqu'en 925. Lothaire II de Lotharingie mourut en 869 et le traité de Meerssen de 870 divisa son royaume entre la Francie orientale et occidentale, mais les souverains francs occidentaux renoncèrent à leur part légitime à la Francie orientale par le traité de Ribemont en 880. Ribemont a déterminé la frontière entre la France et l'Allemagne jusqu'au XIVe siècle. La noblesse lotharingienne a tenté de préserver son indépendance de la domination franque orientale ou occidentale en changeant d'allégeance à volonté avec la mort du roi Louis l'Enfant en 911, mais en 925 la Lotharingie a finalement été cédée à la Francie orientale par Rodolphe de Francie occidentale et elle a ensuite formé le Duché de Lorraine au sein du royaume franc oriental.

Louis l'Allemand était connu à l'époque sous le nom de "Rex Germaniae" (Roi d'Allemagne) car son frère était appelé Roi des Gaules. Cela visait à distinguer les différentes parties d'un royaume franc théoriquement unique, bien que l'on ne sache pas si cela signifiait autre chose.

La Francie orientale fut elle-même divisée en trois parties à la mort de Louis le Germanique (875). Traditionnellement appelés « Saxe », « Bavière » et « Swabia » (ou « Alemannia »), ces royaumes étaient gouvernés par les trois fils de Louis en coopération et ont été réunis par Charles le Gros en 882. Des différences régionales existaient entre les les peuples des différentes régions du royaume et chaque région pouvait être facilement décrite par les contemporains comme un regnum, bien que chacun ne soit certainement pas un royaume en soi. La langue germanique commune et la tradition de règle commune datant de 843 ont préservé les liens politiques entre les différents regna et ont empêché le royaume de se disloquer après la mort de Charles le Gros. Le travail de Louis le Germanique pour maintenir son royaume et lui donner un gouvernement royal fort contribua également largement à la création d'un État franc oriental (c'est-à-dire allemand).

Duchés souches

Duchés souches au sein du Royaume d'Allemagne et du Saint Empire romain germanique, vers 1000
Personnifications de Sclavinia ("pays des Slaves"), Germania, Gallia et Roma (Italie), apportant des offrandes à Otton III ; extrait des Evangiles d'Otton III

Au sein de la Francie orientale se trouvaient de grands duchés, parfois appelés royaumes ( regna ) d'après leur ancien statut, qui avaient un certain niveau de solidarité interne. Parmi celles-ci se trouvaient au début la Saxe et la Bavière, qui avaient été conquises par Charlemagne . Dans l'historiographie allemande, on les appelle les jüngere Stammesherzogtümer, ou "duchés souches plus jeunes". Les cinq "duchés souches plus jeunes" conventionnels du Saint Empire romain germanique sont la Saxe, la Bavière, la Franconie, la Souabe et la Lotharingie . La Thuringe, bien qu'étant l'un des "anciens duchés souches", n'est pas comptée parmi les jeunes duchés souches car elle avait été absorbée par la Saxe en 908, avant la fondation du Saint Empire romain germanique .

Le terme conventionnel «plus jeune» sert à les distinguer des duchés (mal documentés) sous les monarques mérovingiens . Herwig Wolfram (1971) a nié toute distinction réelle entre les duchés souches plus anciens et plus jeunes, ou entre les duchés souches d'Allemagne et des principautés territoriales similaires dans d'autres parties de l'empire carolingien:

J'essaie de réfuter toute la doctrine sacrée de la différence entre les débuts des principautés territoriales franco-occidentales, "françaises", et les duchés-souches franco-orientaux, "allemands" ... Certes, leurs noms avaient déjà apparu lors des Migrations . Pourtant, leurs structures politiques, institutionnelles et biologiques avaient le plus souvent profondément changé. J'ai, en outre, réfuté la différence fondamentale entre la soi-disant älteres Stammesfürstentum [ancienne principauté tribale] et jüngeres Stammesfürstentum [jeune principauté tribale], puisque je considère que les duchés avant et après Charlemagne ont été fondamentalement la même institution franque ...

Il y a eu un débat dans l'historiographie allemande moderne sur le sens dans lequel ces duchés étaient " tribaux ", comme dans un peuple partageant une descendance commune (" tige "), étant gouverné comme des unités sur de longues périodes, partageant un sens tribal de la solidarité, coutumes partagées, etc. Dans le contexte du nationalisme allemand moderne, Gerd Tellenbach (1939) a souligné le rôle du féodalisme, à la fois des rois dans la formation du royaume allemand et des ducs dans la formation des duchés souches, contre Martin Lintzel et Walter Schlesinger, qui ont mis l'accent sur le rôle des individus « tiges » ou « tribus » ( Stämme ). L'existence d'une auto-désignation «tribale» chez les Saxons et les Bavarois peut être affirmée pour les Xe et XIIe siècles, respectivement, bien qu'elles aient pu exister beaucoup plus tôt.

Après la mort du dernier carolingien, Louis l'Enfant, en 911, les duchés souches reconnaissent l'unité du royaume. Les ducs se sont réunis et ont élu Conrad I pour être leur roi. Selon la thèse de Tellenbach, les ducs ont créé les duchés sous le règne de Conrad. Aucun duc n'a tenté d'établir un royaume indépendant. Même après la mort de Conrad en 918, lorsque l'élection d' Henri l'Oiseleur est contestée, son rival, Arnulf, duc de Bavière, n'établit pas un royaume séparé mais revendique l'ensemble, avant d'être contraint par Henri de se soumettre à l'autorité royale. Henri peut même avoir promulgué une loi stipulant que le royaume serait désormais uni. Arnulf a continué à la gouverner comme un roi même après sa soumission, mais après sa mort en 937, elle a été rapidement placée sous contrôle royal par le fils d'Henri, Otto le Grand . Les Ottoniens ont travaillé pour préserver les duchés en tant que bureaux de la couronne, mais sous le règne d' Henri IV, les ducs les avaient rendus fonctionnellement héréditaires.

Émergence de la terminologie "allemande"

Ottoniens

La division orientale du traité de Verdun s'appelait le regnum Francorum Orientalium ou Francia Orientalis : le Royaume des Francs de l'Est ou simplement la Francie orientale. C'était la moitié orientale de l'ancien regnum mérovingien Austrasiorum . Les "Francs de l'Est" (ou Austrasiens) eux-mêmes étaient les habitants de Franconie, qui avaient été colonisés par des Francs. Les autres peuples de la Francie orientale étaient les Saxons, les Frisons, les Thuringiens, etc., appelés Teutonici (ou Allemands) et parfois les Francs, car les identités ethniques ont changé au cours du IXe siècle.

Une entrée dans les Annales Iuvavenses (ou Annales de Salzbourg ) pour l'année 919, à peu près contemporaine mais survivant seulement dans un exemplaire du XIIe siècle, rapporte que Baiuarii sponte se reddiderunt Arnolfo duci et regnare ei fecerunt in regno teutonicorum, c'est-à-dire que « Arnulf, duc des Bavarois, a été élu pour régner dans le Royaume des Allemands". Les historiens ne sont pas d'accord sur la question de savoir si ce texte est ce qui a été écrit dans l'original perdu; également sur la question plus large de savoir si l'idée du Royaume en tant qu'allemand, plutôt que franc, date du Xe ou du XIe siècle; mais l'idée du royaume comme « allemand » est solidement établie dès la fin du XIe siècle. Au Xe siècle, les écrivains allemands avaient déjà tendance à utiliser des termes modifiés tels que "Francie et Saxe" ou "pays des Teutons".

Toute distinction ferme entre les royaumes de Francie orientale et d'Allemagne est en quelque sorte le produit d'une rétrospection ultérieure. Il est impossible de fonder cette distinction sur des sources primaires, car la Francie orientale reste en usage longtemps après l'entrée en service du Royaume d'Allemagne. L'historien impérial du XIIe siècle Otto von Freising a rapporté que l'élection d' Henri l'Oiseleur était considérée comme marquant le début du royaume, bien qu'Otto lui-même ne soit pas d'accord avec cela. Ainsi:

A partir de ce moment, certains considèrent un royaume des Allemands comme supplantant celui des Francs. Par conséquent, ils disent que le pape Léon dans les décrets des papes, a appelé le fils d'Henri Otto le premier roi des Allemands. Car cet Henri dont nous parlons refusa, dit-on, l'honneur offert par le souverain pontife. Mais il me semble que le royaume des Allemands — qui aujourd'hui, comme on le voit, possède Rome — fait partie du royaume des Francs. Car, ainsi qu'il ressort parfaitement de ce qui précède, au temps de Charles les limites du royaume des Francs comprenaient toute la Gaule et toute l'Allemagne, du Rhin à l'Illyrie. Lorsque le royaume a été divisé entre les fils de son fils, une partie s'appelait l'est, l'autre l'ouest, mais les deux ensemble s'appelaient le royaume des Francs. Ainsi donc, dans la partie orientale, qui s'appelle le royaume des Allemands, Henry fut le premier de la race des Saxons à succéder au trône lorsque la lignée de Charles échoua ... [les Francs de l'Ouest discutèrent] ... le fils d'Henry, Otto, parce qu'il a rendu aux Francs-Orientaux allemands l'empire usurpé par les Lombards, est appelé le premier roi des Germains — non peut-être parce qu'il fut le premier roi à régner parmi les Germains.

C'est ici et ailleurs qu'Othon distingue le premier roi allemand (Henri Ier) et le premier roi allemand à détenir le pouvoir impérial ( Otto Ier ).

Henri II (r. 1002-1024) fut le premier à être appelé "Roi des Germains" ( rex Teutonicorum ). Les Ottoniens semblent avoir adopté l'utilisation de l'étiquette « teutonique » car elle les a aidés à contrer les critiques qui remettaient en question leur légitimité politique en tant que Francs non carolingiens en se présentant comme les dirigeants de tous les peuples au nord des Alpes et à l'est du Rhin. Ce « royaume allemand » était considéré par eux comme une subdivision de l'Empire aux côtés de l'Italie, de la Bourgogne et de la Bohême.

Saliens et Staufer

À la fin du XIe siècle, le terme «Royaume des Allemands» ( Regnum Teutonicorum ) était devenu utilisé plus favorablement en Allemagne en raison d'un sentiment croissant d'identité nationale; au XIIe siècle, l'historien allemand Otto de Freising a dû expliquer que la Francie orientale était "maintenant appelée le Royaume des Allemands".

En 1028, après son sacre comme empereur en 1027, Conrad II fait élire roi son fils Henri III par les princes électeurs. Lorsque, en 1035, Conrad tenta de déposer Adalbero, duc de Carinthie, Henry, agissant sur les conseils de son tuteur, Egilbert, évêque de Freising, refusa de le permettre, car Adalbero était un vassal du roi et non de l'empereur. Les magnats allemands, ayant légalement élu Henri, ne reconnaîtraient la déposition que si leur roi le faisait également. Après de nombreuses protestations de colère, Conrad s'est finalement agenouillé devant son fils et a plaidé pour son consentement souhaité, qui a finalement été donné.

Cependant, Conrad II a utilisé le simple titre de «roi» ou parfois «roi des Francs et des Lombards» avant le couronnement impérial, tandis que son fils Henri III a introduit le titre de «roi des Romains» avant le couronnement impérial. Son petit-fils Henri IV a utilisé à la fois "roi des Francs et des Lombards" et roi des Romains avant le couronnement impérial.

À partir de la fin du XIe siècle, lors de la Controverse des Investitures, la curie papale commença à utiliser le terme regnum teutonicorum pour désigner le royaume d' Henri IV dans le but de le réduire au niveau des autres rois d'Europe, alors que lui-même commençait utiliser le titre rex Romanorum ou Roi des Romains pour souligner son droit divin à l' imperium Romanum . Ce titre était le plus fréquemment employé par les rois allemands eux-mêmes, bien qu'ils aient daigné employer des titres "teutoniques" lorsqu'il était diplomatique, comme la lettre de Frederick Barbarossa à Otto de Freising faisant référence à sa réception du coronam Theutonici regni (couronne de l'Allemagne Royaume). Les rois étrangers et les ecclésiastiques ont continué à se référer au regnum Alemanniae et au règne ou royaume d'Allemagne . Les termes imperium / imperator ou empire / empereur étaient souvent employés pour le royaume allemand et ses dirigeants, ce qui indique une reconnaissance de leur stature impériale mais combinés avec des références « teutoniques » et « alémaniques », un déni de leur Romanitas et de leur règle universelle. Le terme regnum Germaniae commence à apparaître même dans les sources allemandes au début du XIVe siècle.

Lorsque le pape Grégoire VII a commencé à utiliser le terme Regnum Teutonicorum, le concept d'un "royaume territorial distinct" séparé du Royaume d'Italie était déjà largement reconnu des deux côtés des Alpes, et cette entité était au moins extérieurement perçue comme "allemande" dans la nature. . Les écrivains contemporains représentant divers dirigeants vassaux allemands ont également adopté cette terminologie. Dans le concordat papal-impérial de Worms de 1122, qui mit fin à la controverse des investitures, l'autorité de l'empereur concernant les offices de l'Église dans ce "royaume allemand" était légalement distinguée de son autorité dans les "autres parties de l'Empire". La chancellerie impériale a adopté les titres «allemands», quoique de manière incohérente.

Au XIIIe siècle, le terme Regnum Teutonicorum a commencé à être remplacé en Allemagne par le Regnum Alemanniae similaire, peut-être en raison de l'influence française ou papale, ou alternativement en raison de la base de pouvoir des empereurs Staufer dans le duché de Souabe, également connu sous le nom d' Alamannia . L'empereur Frédéric II a même proclamé son fils Henri VII comme Rex Alemannie (roi d'Allemagne), pour gouverner l'Allemagne sous lui pendant qu'il dirigeait le reste de l'empire. Le Kaiserchronik décrit explicitement Henry comme ayant la règle d'un royaume allemand séparé ( siniu Tiuschen riche ) sous l'empire. Le successeur d'Henry, Konrad IV, a également été appelé roi désigné d'Allemagne par un écrivain contemporain.

Le comte palatin du Rhin était légalement autorisé à juger des affaires des princes si le roi quittait l'Allemagne ("von teutchem lande"). Dans le Sachsenspiegel et le Schwabenspiegel de la loi allemande médiévale, les princes vassaux n'étaient tenus que de fournir des services à l'Empire et d'assister à la cour sur les terres allemandes; Frédéric II ou ses successeurs n'ont pas pu faire appel aux seigneurs allemands en Bohême, en Italie ou dans leurs autres domaines. La législation royale et impériale n'était parfois spécifiquement contraignante qu'à l'intérieur des frontières de l'Allemagne, à l'exclusion du reste de l'Empire.

Période post-Staufer

Les écrivains allemands après la période Staufen ont utilisé des variantes du terme " Regnum Alemanniae " pour indiquer la portée affaiblie des empereurs qui se cantonnaient désormais principalement aux affaires allemandes. L'anti-roi Henry Raspe s'est également décrit comme "roi d'Allemagne et prince des Romains". Il y avait aussi des références éparses à une communauté politique d '«Allemands» excluant le reste de l'empire. Par exemple, en 1349, Charles IV rencontre les nobles et les bourgeois du " regnum Alamannie ", en 1355 il convoque les électeurs et les bourgeois " in regno Alemannie ". Cependant, cette tendance à se référer à un système politique "allemand" après l'effondrement de l'empire Staufen ne s'est pas développée davantage dans la période suivante.

Le terme « regnum » était parfois utilisé pour désigner une entité politique distincte au sein de « l' imperium », mais parfois ils étaient utilisés de manière interchangeable, et parfois ils étaient combinés dans des expressions comme « Regnum Romanorum ». Dans la langue allemande, il était plus courant d'utiliser simplement le terme «terres allemandes» plutôt que «royaume». En 1349, Charles IV (roi des Romains) nomme le fils du duc de Brabant pour gouverner en son nom « dans notre royaume des Romains dans toute la Germanie ou Theutonie ».

Il y avait des propositions persistantes, dont une qui, selon Ptolémée de Lucques, avait été discutée entre le pape Nicolas III et Rudolf Ier, de créer un royaume allemand héréditaire indépendant du Saint Empire. Cette idée fut accueillie avec horreur en Allemagne. Lors de l'élection de Rodolphe Ier, l'attachement affectif du peuple allemand à la dignité supérieure du titre romain universaliste était devenu si solidement établi qu'il était inacceptable d'en séparer la royauté allemande. Il y avait une forte réticence de la part des empereurs à utiliser des titres «allemands» en raison d'un fort attachement au symbolisme romain, et cela semblait être activement évité. Les références à des titres « allemands » étaient moins rares mais encore rares chez les vassaux et les chroniqueurs.

A partir de 1250, l'association entre les "Allemands" et l'ensemble de l'Empire se renforce. Comme les monarques allemands post-Staufer étaient trop faibles pour obtenir le couronnement en tant qu'empereur, les écrivains allemands craignaient que l'Allemagne ne perde le prestige du statut impérial. Le manque de concentration du pouvoir dans un dirigeant ou une région a également rendu la monarchie plus attrayante pour tous les Allemands. Ceux-ci ont conduit à plus d'intérêt à lier l'identité allemande au fait d'être les héritiers de la Rome impériale ( Translatio Imperii ), du droit de leur force militaire en tant que défenseurs de la chrétienté. Dans le même temps, le remplacement du latin par l'allemand dans les documents officiels a renforcé le caractère allemand de l'empire dans son ensemble. En 1474, le terme "Saint Empire romain germanique de la nation allemande" est apparu, devenant plus courant après 1512. Cependant, même après 1560, seulement 1 document officiel sur 9 mentionne "l'Allemagne", et la plupart ont également omis le reste et l'ont simplement appelé " L'empire". En 1544, la Cosmographia (Sebastian Münster) fut publiée, qui utilisait "l'Allemagne" ( Teütschland ) comme synonyme de l'empire dans son ensemble. Johann Jacob Moser a également utilisé "allemand" comme synonyme d'"impérial". Cette définition confondue de "l'allemand" incluait même des non-germanophones.

En 1508, Maximilien Ier, avec l'approbation papale, adopte le titre « d'empereur élu » ( Dei gratia Romanorum imperator electus semper augustus ). Les dirigeants suivants ont adopté ce titre après leur couronnement en tant que rois. Dans le même temps, la coutume de faire élire l' héritier présomptif comme roi des Romains du vivant de l'empereur reprend. Pour cette raison, le titre de "roi des Romains" ( rex Romanorum ) en vint à signifier héritier présomptif, le successeur élu du vivant de l'empereur.

Après le règlement de la Réforme impériale et de la Réforme, la partie allemande du Saint Empire romain germanique a été divisée en Reichskreise (cercles impériaux), qui définissait en fait l'Allemagne contre les territoires impériaux en dehors des cercles impériaux : l'Italie impériale, le royaume de Bohême et l' ancienne Confédération suisse . . Brendan Simms a qualifié les cercles impériaux de "système de sécurité collective allemand embryonnaire" et de "véhicule potentiel d'unité nationale contre les étrangers".

Néanmoins, il existe relativement peu de références à un royaume allemand distinct du Saint Empire romain germanique.

Voir également

Remarques

Bibliographie

  • Arnold, Benjamin (1985). Chevalerie allemande, 1050-1300 . Oxford : Clarendon Press.
  • Arnold, Benjamin (1991). Princes et territoires dans l'Allemagne médiévale . Cambridge : Cambridge University Press.
  • Arnold, Benjamin (1997). L'Allemagne médiévale, 500-1300 : une interprétation politique . Toronto : presse de l'Université de Toronto.
  • Arnold, Benjamin (2004). Pouvoir et propriété dans l'Allemagne médiévale: changement économique et social, c. 900–1300 . Oxford : presse universitaire d'Oxford.
  • Averkorn, Raphaëla (2001). "Le processus de construction de la nation dans l'Allemagne médiévale: un bref aperçu". À Halfdanarson, Gudmunður; Isaacs, Ann Katherine (éd.). Nations et nationalités dans une perspective historique . Université de Pise.
  • Barraclough, Geoffrey (1947). Les origines de l'Allemagne moderne (2e éd.). Oxford : Basil Blackwell.
  • Bernhardt, John W. (1993). Royauté itinérante et monastères royaux au début de l'Allemagne médiévale, v. 936-1075 . Cambridge : Cambridge University Press.
  • Beumann, H., "Die Bedeutung des Kaisertums für die Entstehung der deutschen Nation im Spiegel der Bezeichnungen von Reich und Herrscher", dans Nationes, 1 (1978), pp 317–366
  • Vicomte James Bryce. Le Saint Empire romain germanique .
  • Du Boulay, FRH (1983). L'Allemagne au Bas Moyen Âge . New York : Presse de St Martin.
  • Fuhrmann, Horst (1986). L'Allemagne au Haut Moyen Âge, vers 1050–1200 . Cambridge : Cambridge University Press.
  • Fuhrmann, Horst (1994). " Quis Teutonicos constituit iudices nationum ? Le Problème avec Henry". Spéculum . 69 (2): 344–358. doi : 10.2307/2865086 . 2865086 . S2CID 159716978 .
  • Gagliardo, John G. (1980). Reich et Nation: Le Saint Empire romain comme idée et réalité, 1763–1806 . Presse de l'Université de l'Indiana.
  • Gillingham, John (1971). Le Royaume d'Allemagne au Haut Moyen Âge (900-1200) . Brochures de l'Association historique, Série générale, n° 77. Londres : Association historique .
  • Gillingham, John (1991). « La royauté élective et l'unité de l'Allemagne médiévale ». Histoire allemande . 9 (2): 124–35. doi : 10.1177/026635549100900202 .
  • Hampe, Karl (1973). L'Allemagne sous les empereurs Saliens et Hohenstaufen . Totowa, NJ : Rowman et Littlefield.
  • Haverkamp, ​​Alfred (1992). Allemagne médiévale, 1056-1273 (2e éd.). Oxford : presse universitaire d'Oxford.
  • Heer, Friedrich (1968). Le Saint Empire romain germanique . New York : Frederick A. Praeger.
  • En ligneLeyser, Karl J. (1979). Règle et conflit dans une société médiévale précoce: Saxe ottonienne . Londres : Arnold.
  • Lyon, Jonathan R. (2013). Frères et sœurs princiers: le lien fraternel dans la politique allemande, 1100–1250 . Ithaque : Cornell University Press.
  • En ligneMitchell, Otis C. (1985). Deux couronnes allemandes : monarchie et empire dans l'Allemagne médiévale . Lima, Ohio : Wyndham Hall Press.
  • Müller-Mertens, Eckhard (1970). Regnum Teutonicum : Aufkommen und Verbreitung der deutschen Reichs- und Königsauffassung im früheren Mittelalter . Hermann Bohlaus.
  • En ligneMüller-Mertens, Eckhard (1999). "Les Ottoniens en tant que rois et empereurs". Dans Reuter, Timothy (éd.). L'histoire médiévale de New Cambridge, Volume 3 : vers 900 - vers 1024 . La presse de l'Universite de Cambridge. p. 233–66.
  • Osiander, Andreas (2007). Avant l'État : changement politique systémique en Occident des Grecs à la Révolution française . Oxford : presse universitaire d'Oxford.
  • En ligneReindal, R. (1954). "Herzog Arnulf und das Regnum Bavariae". Zeitschrift für bayerische Landesgeschichte . 17 : 187–252.
  • Reuter, Timothée (1991). L'Allemagne au haut Moyen Âge, v. 800-1056 . Londres : Longman.
  • Reynolds, Susan (1997). Royaumes et communautés en Europe occidentale, 900-1300 (2e éd.). Oxford : presse universitaire d'Oxford.
  • En ligneRobinson, Ian S. (1979). "Le pape Grégoire VII, les Princes et le Pactum, 1077-1080". La revue historique anglaise . 94 (373): 721–56. doi : 10.1093/ehr/xciv.ccclxxiii.721 .
  • En ligneRobinson, Ian S. (2000). Henri IV d'Allemagne . New York : Cambridge University Press.
  • Thompson, James Westfall (1928). Allemagne féodale . 2. New York : Édition Frederick Ungar.
  • Whaley, Joachim (2012). L'Allemagne et le Saint Empire romain germanique . 2. Oxford : presse universitaire d'Oxford.
  • Wilson, Peter (2016). Cœur de l'Europe : Une histoire du Saint Empire romain germanique . Cambridge, Massachusetts : Belknap Press.