Mandibule -Mandible

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre
Mandibule
Mandibule.jpg
La mandibule
Gris190.png
Le crâne humain, avec la mandibule représentée en violet en bas.
Détails
Précurseur 1er arc pharyngé
Identifiants
Latin mandibule
Engrener D008334
TA98 A02.1.15.001
TA2 835
FMA 52748
Termes anatomiques de l'os

En anatomie, la mandibule, la mâchoire inférieure ou l' os maxillaire est l'os le plus grand, le plus solide et le plus bas du squelette facial humain . Il forme la mâchoire inférieure et maintient les dents inférieures en place. La mandibule se trouve sous le maxillaire . C'est le seul os mobile du crâne (sans compter les osselets de l'oreille moyenne). Il est relié aux os temporaux par les articulations temporo -mandibulaires .

L'os est formé chez le fœtus à partir d'une fusion des proéminences mandibulaires gauche et droite, et le point où ces côtés se rejoignent, la symphyse mandibulaire, est encore visible sous la forme d'une faible crête sur la ligne médiane. Comme les autres symphyses du corps, il s'agit d'une articulation médiane où les os sont reliés par un fibrocartilage, mais cette articulation fusionne dans la petite enfance.

Le mot "mandibule" dérive du mot latin mandibula, "mâchoire" (littéralement "celui qui sert à mâcher"), de mandere "mâcher" et -bula ( suffixe instrumental ).

Structure

Mandibule, face latérale, vue latérale

Composants

Mandibule, face médiale, vue latérale

La mandibule est constituée de :

  • Le corps, retrouvé à l'avant
  • Un ramus à gauche et à droite, les ramus s'élèvent du corps de la mandibule et se rencontrent avec le corps à l' angle de la mandibule ou à l'angle gonial.

Corps

Corps et branche de la mandibule. Le foramen mandibulaire est étiqueté à droite. La lingula est juste au-dessus du foramen mandibulaire.

Le corps de la mandibule est courbé, et la partie avant structure le menton . Il a deux surfaces et deux bordures. De l'extérieur, la mandibule est marquée sur la ligne médiane par une faible crête, indiquant la symphyse mandibulaire, la ligne de jonction des deux moitiés de la mandibule, qui fusionnent vers l'âge d'un an. Cette crête se divise en dessous et renferme une éminence triangulaire, la protubérance mentonnière (le menton), dont la base est déprimée au centre mais relevée des deux côtés pour former le tubercule mentonnier . Juste au-dessus, des deux côtés, les muscles mentonniers s'attachent à une dépression appelée la fosse incisive. Sous la deuxième dent prémolaire, des deux côtés, à mi-chemin entre les bords supérieur et inférieur du corps, se trouvent le foramen mentonnier, pour le passage des vaisseaux mentonniers et du nerf. Courir vers l'arrière et vers le haut de chaque tubercule mental est une crête faible, la ligne oblique, qui est continue avec le bord antérieur de la branche montante. Attaché à cela est le muscle masséter, le dépresseur des lèvres inférieures et le dépresseur anguli oris, et le platysma (d'en bas).

De l'intérieur, la mandibule apparaît concave. Près de la partie inférieure de la symphyse se trouve une paire d'épines placées latéralement, appelées épines mentales, qui donnent naissance au génioglosse . Immédiatement en dessous de celles-ci se trouve une deuxième paire d'épines, ou plus fréquemment une crête médiane ou une impression, pour l'origine du géniohyoïde . Dans certains cas, les épines mentales sont fusionnées pour former une seule éminence, dans d'autres elles sont absentes et leur position n'est indiquée que par une irrégularité de la surface. Au-dessus des épines mentales, un foramen médian et un sillon sont parfois observés; ils marquent la ligne d'union des moitiés de l'os. Au-dessous des épines mentales, de chaque côté de la ligne médiane, se trouve une dépression ovale pour la fixation du ventre antérieur du digastrique . S'étendant vers le haut et vers l'arrière de chaque côté de la partie inférieure de la symphyse se trouve la ligne mylohyoïdienne, qui donne origine au muscle mylohyoïdien ; la partie postérieure de cette ligne, près du bord alvéolaire, donne attache à une petite partie du constricteur pharyngien supérieur et au raphé ptérygomandibulaire . Au-dessus de la partie antérieure de cette ligne se trouve une zone triangulaire lisse contre laquelle repose la glande sublinguale, et en dessous de la partie postérieure, une fosse ovale pour la glande sous-maxillaire .

Les frontières

  • Le bord supérieur ou alvéolaire, plus large en arrière qu'en avant, est creusé dans des cavités, pour la réception des dents ; ces cavités sont au nombre de seize et varient en profondeur et en grosseur suivant les dents qu'elles contiennent. À la lèvre externe du bord supérieur, de chaque côté, le buccinateur est attaché aussi loin en avant que la première molaire.
  • Le bord inférieur est arrondi, plus long que le supérieur, et plus épais devant que derrière ; à l'endroit où il rejoint le bord inférieur du ramus une rainure peu profonde ; pour l' artère faciale, peut être présente.

ramus

Modèle 3D de la mandibule

Le ramus ( latin : branche ) de la mandibule humaine a quatre côtés, deux surfaces, quatre bords et deux processus.

A l'extérieur, la branche est plate et marquée par des arêtes obliques à sa partie inférieure. Il donne une attache sur presque toute son étendue au muscle masséter.

À l'intérieur, au centre, il y a un foramen mandibulaire oblique, pour l'entrée des vaisseaux alvéolaires inférieurs et du nerf . La marge de cette ouverture est irrégulière ; il présente en avant une crête proéminente, surmontée d'une épine aiguë, la lingula de la mandibule, qui donne attache au ligament sphéno -mandibulaire ; à sa partie inférieure et arrière se trouve une encoche à partir de laquelle la rainure mylohyoïdienne s'étend obliquement vers le bas et vers l'avant, et loge les vaisseaux et le nerf mylohyoïdiens. Derrière cette rainure se trouve une surface rugueuse, pour l'insertion du muscle ptérygoïdien médial . Le canal mandibulaire s'étend obliquement vers le bas et vers l'avant dans la branche montante, puis horizontalement vers l'avant dans le corps, où il est placé sous les alvéoles et communique avec elles par de petites ouvertures. En arrivant aux incisives, il se retourne pour communiquer avec le foramen mentonnier, dégageant deux petits canaux qui se dirigent vers les cavités contenant les incisives. Dans les deux tiers postérieurs de l'os, le canal est situé plus près de la surface interne de la mandibule ; et dans le tiers antérieur, plus près de sa surface externe. Il contient les vaisseaux alvéolaires inférieurs et le nerf, à partir desquels les branches sont distribuées aux dents.

Les frontières

  • Le bord inférieur de la branche montante est épais, droit et continu avec le bord inférieur du corps de l'os. À sa jonction avec le bord postérieur se trouve l'angle de la mandibule, qui peut être inversée ou éversée et est marquée par des crêtes rugueuses et obliques de chaque côté, pour la fixation du masséter latéralement et du muscle ptérygoïdien médial médialement; le ligament stylo -mandibulaire est attaché à l'angle formé par ces muscles. Le bord antérieur est fin en haut, plus épais en bas et continu avec la ligne oblique.
  • La région où le bord inférieur rencontre le bord postérieur est l'angle de la mandibule, souvent appelé angle gonial.
  • Le bord postérieur est épais, lisse, arrondi et couvert par la glande parotide . Le bord supérieur est fin, et est surmonté de deux processus, le coronoïde en avant et le condyloïde en arrière, séparés par une profonde concavité, l' échancrure mandibulaire .

Processus

  • Le processus coronoïde est une fine éminence triangulaire, aplatie d'un côté à l'autre et dont la forme et la taille varient.
  • Le processus condyloïde est plus épais que le coronoïde et se compose de deux parties : le condyle mandibulaire et la partie resserrée qui le soutient, le col. Le condyle est la partie la plus supérieure de la mandibule et fait partie de l' articulation temporo-mandibulaire .
  • L'échancrure mandibulaire, séparant les deux processus, est une profonde dépression semi-lunaire et est traversée par les vaisseaux massétériques et le nerf.

Foramen

La mandibule a deux trous principaux ( foramina ), trouvés à la fois sur ses côtés droit et gauche :

  • Le foramen mandibulaire, est au-dessus de l'angle mandibulaire au milieu de chaque ramus.
  • Le foramen mentonnier se trouve de chaque côté de la protubérance mentonnière (menton) sur le corps de la mandibule, généralement inférieur aux sommets des première et deuxième prémolaires mandibulaires. Au fur et à mesure que la croissance mandibulaire progresse chez les jeunes enfants, le foramen mentonnier se modifie dans le sens de son ouverture d'antérieur à postéro-supérieur. Le foramen mentonnier permet l'entrée du nerf mentonnier et des vaisseaux sanguins dans le canal mandibulaire.

Nerfs

Une radiographie panoramique révèle la mandibule, y compris les têtes et les cols des condyles mandibulaires, les processus coronoïdes de la mandibule, ainsi que l' antre nasal et les sinus maxillaires .

Le nerf alvéolaire inférieur, une branche du nerf mandibulaire, (une division majeure du nerf trijumeau ), pénètre dans le foramen mandibulaire et avance dans le canal mandibulaire, fournissant une sensation aux dents. Au foramen mentonnier, le nerf se divise en deux branches terminales : les nerfs incisif et mentonnier. Le nerf incisif avance dans la mandibule et irrigue les dents antérieures. Le nerf mentonnier sort du foramen mentonnier et transmet la sensation à la lèvre inférieure.

Variation

Les mâles ont généralement des mandibules plus carrées, plus fortes et plus grandes que les femelles. La protubérance mentale est plus prononcée chez les mâles mais peut être visualisée et palpée chez les femelles.

Rarement, un nerf alvéolaire inférieur bifide peut être présent, auquel cas un deuxième foramen mandibulaire, placé plus bas, existe et peut être détecté en notant un canal mandibulaire doublé sur une radiographie.

Développement

La mandibule se forme comme un os ( s'ossifie ) au fil du temps à partir d'un morceau de cartilage gauche et droit, appelé cartilage de Meckel .

Ces cartilages forment la barre cartilagineuse de l' arc mandibulaire . Près de la tête, ils sont reliés aux capsules auriculaires et se rejoignent à l'extrémité inférieure au niveau de la symphyse mandibulaire, point de fusion entre les deux os, par du tissu mésodermique . Ils courent en avant immédiatement au-dessous des condyles puis, se penchant vers le bas, se situent dans une rainure près du bord inférieur de l'os; devant la canine, ils s'inclinent vers la symphyse. À partir de l'extrémité proximale de chaque cartilage, le marteau et l' enclume, deux des os de l'oreille moyenne, se développent ; la partie suivante, jusqu'à la lingula, est remplacée par du tissu fibreux, qui persiste pour former le ligament sphéno -mandibulaire .

Entre la lingula et la canine, le cartilage disparaît, tandis que la partie de celui-ci au-dessous et derrière les incisives s'ossifie et s'incorpore à cette partie de la mandibule.

Vers la sixième semaine de la vie fœtale, l' ossification intramembraneuse se produit dans la membrane recouvrant la surface externe de l'extrémité ventrale du cartilage de Meckel, et chaque moitié de l'os est formée à partir d'un seul centre qui apparaît, près du foramen mentonnier.

À la dixième semaine, la partie du cartilage de Meckel qui se trouve sous et derrière les incisives est entourée et envahie par l' os dermique (également connu sous le nom d'os membranaire). Un peu plus tard, des noyaux accessoires de cartilage font leur apparition :

  • un noyau en forme de coin dans le processus condyloïde et s'étendant vers le bas à travers la branche montante ;
  • une petite bande le long du bord antérieur du processus coronoïde ;
  • noyaux plus petits dans la partie avant des deux parois alvéolaires et le long de l'avant du bord inférieur de l'os.

Ces noyaux accessoires ne possèdent pas de centres ossifiants séparés mais sont envahis par l'os du derme environnant et subissent une absorption. Le bord alvéolaire interne, généralement décrit comme provenant d'un centre ossifiant séparé (centre splénial ), est formé dans la mandibule humaine par une croissance interne de la masse principale de l'os.

A la naissance, l'os est constitué de deux parties, unies par une symphyse fibreuse, dans laquelle s'ossifie la première année.

Vieillissement

A la naissance, le corps de l'os n'est qu'une simple coque, contenant les alvéoles des deux incisives, la canine, et les deux molaires temporaires, imparfaitement cloisonnées l'une de l'autre. Le canal mandibulaire est de grande taille et passe près du bord inférieur de l'os; le foramen mentonnier s'ouvre sous l'alvéole de la première molaire de lait. L'angle est obtus (175°) et la partie condyloïde est presque alignée avec le corps. Le processus coronoïde est de taille relativement grande et se projette au-dessus du niveau du condyle.

Après la naissance, les deux segments de l'os se rejoignent au niveau de la symphyse, de bas en haut, la première année ; mais une trace de décollement peut être visible au début de la deuxième année, près du bord alvéolaire. Le corps s'allonge dans toute sa longueur, mais plus particulièrement en arrière du foramen mentonnier, pour laisser place aux trois dents supplémentaires développées dans cette partie. La profondeur du corps augmente par suite de la croissance accrue de la partie alvéolaire, pour laisser place aux racines des dents, et par l'épaississement de la partie sous-dentaire qui permet à la mâchoire de résister à l'action puissante des muscles masticateurs ; mais, la partie alvéolaire est la plus profonde des deux, et, par conséquent, la partie principale du corps se trouve au-dessus de la ligne oblique. Le canal mandibulaire, après la deuxième dentition, est situé juste au-dessus du niveau de la ligne mylohyoïdienne ; et le trou mentonnier occupe la position habituelle chez l'adulte. L'angle devient moins obtus, par suite de l'écartement des mâchoires par les dents ; vers la quatrième année, il est de 140°.

Chez l'adulte, les parties alvéolaires et sous-dentaires du corps sont généralement de profondeur égale. Le foramen mentonnier s'ouvre à mi-chemin entre les bords supérieur et inférieur de l'os et le canal mandibulaire est presque parallèle à la ligne mylohyoïdienne. La branche rameuse est presque verticale, l'angle mesurant de 110° à 120°, le condyle adulte est également plus haut que le processus coronoïde et l'échancrure sigmoïde devient plus profonde.

Dans la vieillesse, l'os peut devenir considérablement réduit en volume où il y a une perte de dents et une résorption conséquente du processus alvéolaire et des septa interalvéolaires. Par conséquent, la partie principale de l'os est au-dessous de la ligne oblique. Le canal mandibulaire, avec l'ouverture du foramen mentonnier, est plus proche du bord alvéolaire. La branche est de direction oblique, l'angle mesure environ 140° et le col du condyle est plus ou moins recourbé vers l'arrière.

Fonction

Les muscles ptérygoïdiens médial et latéral ; l'arcade zygomatique et une partie de la branche montante de la mandibule ont été enlevées

La mandibule forme la mâchoire inférieure et maintient les dents inférieures en place. Il s'articule avec les os temporaux gauche et droit au niveau des articulations temporo-mandibulaires.

  • Processus condyloïde, projection supérieure (supérieure) et postérieure de la branche montante, qui forme l'articulation temporo-mandibulaire avec l'os temporal
  • Processus coronoïde, projection supérieure et antérieure de la branche montante. Ceci fournit l'attachement au muscle temporel .

Les dents siègent dans la partie supérieure du corps de la mandibule.

  • La partie la plus en avant des dents est plus étroite et contient les dents de devant.
  • La partie arrière contient des dents plus larges et plus plates principalement pour la mastication des aliments. Ces dents ont aussi souvent des rainures larges et parfois profondes sur les surfaces.

Signification clinique

Fracture

Fréquence par emplacement

Un cinquième des blessures au visage impliquent une fracture mandibulaire. Les fractures mandibulaires sont souvent accompagnées d'une «fracture jumelle» du côté opposé. Il n'y a pas de protocole de traitement universellement accepté, car il n'y a pas de consensus sur le choix des techniques dans une forme anatomique particulière de clinique de fracture mandibulaire. Un traitement courant consiste à attacher des plaques métalliques à la fracture pour aider à la guérison.

Causes des fractures mandibulaires
Cause Pourcentage
Accident de véhicule à moteur 40%
Assaut dix%
Tomber dix%
sport 5%
Autre 5%

La mandibule peut être luxée en avant (vers l'avant) et en bas (vers le bas) mais très rarement en arrière (vers l'arrière). Le disque articulaire de l'articulation temporo-mandibulaire empêche la mandibule de se déplacer vers l'arrière, rendant le col condylien particulièrement vulnérable aux fractures.

Le processus alvéolaire mandibulaire peut se résorber lorsqu'il est complètement édenté dans l'arc mandibulaire (parfois noté également dans les cas partiellement édentés). Cette résorption peut se produire à tel point que le foramen mentonnier se trouve pratiquement sur le bord supérieur de la mandibule, au lieu de s'ouvrir sur la face antérieure, changeant sa position relative. Cependant, le corps inférieur de la mandibule n'est pas atteint et reste épais et arrondi. Avec l'âge et la perte des dents, le processus alvéolaire est résorbé de sorte que le canal mandibulaire se rapproche du bord supérieur. Parfois, avec une absorption excessive du processus alvéolaire, le canal mandibulaire disparaît entièrement et laisse le nerf alvéolaire inférieur sans sa protection osseuse, bien qu'il soit encore recouvert de tissus mous.

Médecine légale

Lorsque des restes humains sont retrouvés, la mandibule est l'une des découvertes courantes, parfois le seul os trouvé. Des experts qualifiés peuvent estimer l'âge de l'humain à sa mort parce que la mandibule change au cours de la vie d'une personne.

Autres vertébrés

Mandibule de cachalot

Chez les poissons à nageoires lobes et les premiers tétrapodes fossiles, l'os homologue à la mandibule des mammifères n'est que le plus gros de plusieurs os de la mâchoire inférieure. Chez ces animaux, il est appelé os dentaire ou os dentale et forme le corps de la surface externe de la mâchoire. Il est bordé en dessous par un certain nombre d'os spléniens, tandis que l'angle de la mâchoire est formé par un os anguleux inférieur et un os suprangulaire juste au-dessus. La surface interne de la mâchoire est bordée par un os préarticulaire, tandis que l' os articulaire forme l'articulation avec le crâne proprement dit. Enfin, un ensemble de trois os coronoïdes étroits se trouve au-dessus de l'os préarticulaire. Comme son nom l'indique, la majorité des dents sont attachées au dentaire, mais il y a généralement aussi des dents sur les os coronoïdes, et parfois aussi sur le préarticulaire.

Ce modèle primitif complexe a cependant été simplifié à divers degrés chez la grande majorité des vertébrés, car les os ont soit fusionné, soit complètement disparu. Chez les téléostéens, seuls les os dentaires, articulaires et angulaires subsistent, tandis que chez les amphibiens vivants, le dentaire n'est accompagné que du préarticulaire et, chez les salamandres, de l'un des coronoïdes. La mâchoire inférieure des reptiles n'a qu'un seul coronoïde et splénial, mais conserve tous les autres os primitifs à l'exception du préarticulaire et du périoste.

Alors que chez les oiseaux, ces différents os ont fusionné en une seule structure, chez les mammifères, la plupart d'entre eux ont disparu, laissant un dentaire agrandi comme seul os restant dans la mâchoire inférieure - la mandibule. En conséquence, l'articulation primitive de la mâchoire, entre les os articulaire et carré, a été perdue et remplacée par une articulation entièrement nouvelle entre la mandibule et l'os temporal. Un stade intermédiaire peut être observé chez certains thérapsides, dans lesquels les deux points d'articulation sont présents. Hormis le dentaire, seuls quelques autres os de la mâchoire inférieure primitive subsistent chez les mammifères; les anciens os articulaires et carrés survivent sous forme de marteau et d' enclume de l'oreille moyenne.

Enfin, les poissons cartilagineux, comme les requins, ne possèdent aucun des os que l'on trouve dans la mâchoire inférieure des autres vertébrés. Au lieu de cela, leur mâchoire inférieure est composée d'une structure cartilagineuse homologue au cartilage de Meckel des autres groupes. Cela reste également un élément important de la mâchoire chez certains poissons osseux primitifs, comme les esturgeons .

Société et culture

  • Dans le Livre des Juges, Samson a utilisé une mâchoire d'âne pour tuer un millier de Philistins .
  • Les restes dentaires d ' Adolf Hitler, y compris une partie d'une mandibule avec des dents, étaient la seule preuve physique utilisée pour confirmer sa mort en 1945. Le récit soviétique publié en 1968 décrit et représente photographiquement la mâchoire comme étant cassée au niveau du processus alvéolaire.

Images supplémentaires

Voir également

Références

Domaine public Cet article incorpore du texte dans le domaine public de la page 172 de la 20e édition de Gray's Anatomy (1918)

Liens externes

  • Médias liés aux mandibules sur Wikimedia Commons